En réaction à l’émission sur France Inter du jeudi 30 juillet 2015 à 12h00

Bonjour à tous,

J’ai longtemps hésité à me jeter sur le clavier de mon ordinateur pour exprimer le profond dégout que j’ai eu à entendre les propos de Monsieur Sarano François sur l’antenne de la radio France Inter le jeudi 30 juillet à 12h00. Dans cette lettre ouverte je m’adresserai particulièrement à vous Mr Sarano et à tous ceux qui voudront bien me lire…

Tout d’abord je tiens à vous affirmer que mon but n’est aucunement motivé par la polémique et la vérité est mon seul objectif. En toute sincérité je dois vous féliciter et dire l’admiration que j’ai de vous (que j’avais) pour le combat mené pour la survie du monde animal et en ça, nous sommes parfaitement d’accord. J’ai bien souvent regardé vos reportages avec Elio mon très cher fils disparu et je peux vous dire à quel point il appréciait ce genre de reportages qui lui avaient donné le goût à la plongée, à la mer, à la vie…

J’étais donc à l’écoute de cette émission, fébrile, car allions nous enfin dire la vérité sur le sujet très grave et très spécifique qu’est la problématique du requin (requiem en latin) bouledogue et tigre qui mettent en danger la vie de toute personne qui aurait l’idée de profiter de cette mer si bleue (comme l’étaient les yeux de mon fils), si attirante de notre belle île de la Réunion. Qu’elle a été ma stupeur en vous écoutant faire l’apologie de votre plaisir et en entendant à quel point votre égo était au firmament d’avoir nagé épaule contre épaule avec un grand requin blanc et quelle paix vous avez ressenti qu’il vous ait laissé la vie car, mon fils épaule contre épaule y a laissé la sienne… Je pensais, naïvement je dois dire qu’en grand spécialiste du requin vous alliez apporter votre savoir et nous éclairer, nous, pauvres petits commun des mortels sur la situation très très grave et chaotique que nous vivons sur notre belle île de la Réunion, quelle affreuse désillusion en m’apercevant que malgré votre titre ronflant de Docteur en Océanographie vous n’étiez absolument pas au fait de ce qui est à l’origine du dérèglement et des causes qui ont perturbé notre éco système et qui ont amené la prolifération autour de nos côtes du requin côtier qu’est le bouledogue.

De vous entendre affirmer à l’antenne que nous sommes des irresponsables et que notre seul vue était de massacrer des requins, m’a fait prendre conscience à quel point vous étiez de parti pris ce qui me semble inconcevable quand on est un scientifique reconnu…Vous faites sciemment de la désinformation laissant croire à certaines personnes que votre parole est parole d’évangile, vous ne roulez pas pour la science mais pour vos idées toutes faites et votre bon plaisir, vous placez la vie d’un animal au-dessus de l’homme et qui plus est d’un enfant… Je ne pense pas que toutes les personnes d’accord avec nous, je veux dire vous et moi qui sommes pour un monde où l’animal sauvage a toute sa place, comprennent les conséquences que vos propos peuvent avoir en ce qui concerne la vie de la Réunion, de sa vie sociale, de son économie et de la vie humaine.

Dans votre discours le pire était à venir, quel effroi quand vous vous êtes permis d’instrumentaliser la lettre de la maman de Talon, à quel point vous êtes prêt à tout… même profiter de la détresse, de l’extrême douleur dans laquelle est plongée cette mère qui a perdu son enfant… je m’associe à votre douleur Madame, je sais dans quel monde de souffrance permanente vous vivez et respecte votre point de vue, même si le mien est différent… Vous, qu’avez-vous perdu Monsieur Sarano ??

Je puis en toute modestie expliquer dans un prochain courrier le pourquoi du comment et je dois avertir les lecteurs qui me liront que mes propos ne me sont pas arrivés dans un rêve, que je ne fais plus par ailleurs, je parlerais plutôt de cauchemar. Ces analyses m’ont été présentées par des scientifiques spécialistes des requins (trois à la Réunion, un Américain venu chez moi peu après la disparition d’ELIO) qui, eux, connaissent en tous points le problème spécifique de notre île. L’association eliocanestri.org qui est à vocation écologique a pour but de protéger l’environnement et d’apporter des solutions pertinentes pour protéger le monde animal et le monde civilisé, pour nous la vie d’un être humain sera toujours au-dessus de la vie d’un animal, quel qui soit.

Bien à vous, le papa d’ELIO (attaqué par un requin bouledogue le dimanche 12 avril à l’âge de 13 ans).

Entretien avec Manuel Valls

Bonjour à tous,

Tout juste sortis de l’entretien avec notre Premier Ministre qui m’a permis de clarifier et de consolider l’excellent travail de Monsieur le Préfet. J’ai pu mettre en avant tout l’historique.

Le point zéro, début de la création du chaos dans lequel l’île de la Réunion est plongée.

Dès 1999 un arrêté préfectoral interdisant la commercialisation de la chair de requin a été décrété, qui a eu pour conséquence l’arrêt de la pêche professionnelle (environ une centaine de requins bouledogues et tigres par an, nous sommes loin du massacre annoncé) et ceci depuis 15 ans.

Sans prédateur, il a naturellement proliféré, causant des incidents dommageables sur l’écosystème de nos fonds marin, comme la disparition sur la côte ouest du requin de récif, indispensable à l’équilibre de notre milieu marin, et le non effet réserve observé depuis la création de ladite réserve en 2007.

La préfecture essaie de casser cet arrêté préfectoral, se heurtant au refus systématique de l’ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) sous prétexte de présence de ciguatoxine non avérée à ce jour (nous sommes les seuls à ne pas consommer de la chair de requin dans l’océan indien), agence instrumentalisée par certains scientifiques bien connus pour leurs prises de positions favorables au requin bouledogue et dont l’intérêt financier est que cette crise perdure, malgré le nombre de mutilés et de morts dont fait partie malheureusement mon fils ELIO.

 J’ai demandé au Premier Ministre de revoir les niveaux de protection de la réserve marine, placée devant nos côtes où se pratiquait l’essentiel des sports nautiques (car il n’y a pas que le surf impliqué dans cette problématique de la crise bouledogue). On peut penser que la quasi-disparition de la présence humaine dans la colonne d’eau a eu pour effet de laisser s’installer le requin bouledogue à un coup de nageoire de nos plages.

J’ai demandé la possibilité de permettre la pêche au bouledogue dans les endroits sanctuarisés (demande faites par le comité des pêches en charge de cap requin 2), jusqu’au retour à la normale de la situation que connaissait la Réunion il y a 5/6 ans.

J’ai demandé au Premier Ministre d’apporter une aide financière conséquente à cette action de pêche au bouledogue et à la sécurisation des sites de pratique nautique, en lui signalant l’impact direct qu’avait cette crise bouledogue sur la vie sociale, économique de tous les Réunionnais touchés de plein fouet sur le secteur touristique, sans compter les vies  humaines détruites et les drames sociaux engendrés.

Au delà de la sincère empathie et de la palpable émotion éprouvées par Mr Manuel VALLS quant à la mort d’ELIO, il me semble que notre chef du gouvernement a pris conscience de l’importance capitale de donner des moyens suffisants à Monsieur le Préfet afin de résoudre cette crise majeure.

Je remercie Monsieur le Premier Ministre de m’avoir entendu, rallongeant notre entretien alors que son emploi du temps était très serré, et de m’avoir invité à rester en contact avec lui par la suite.

Je remercie Monsieur le préfet qui, à mon sens, a tout à fait ciblé la problématique et je salue l’ouverture d’esprit dont il fait preuve dans la recherche du règlement de cette  crise bouledogue.

Je tiens à vous dire à tous, concernés de près ou de loin par les enjeux sociaux, économiques et humains, que malgré la volonté affichée par nos responsables je resterai vigilant…

Bien à vous.

Le Papa d’ELIO

Pour nous aider rejoignez-nous !